Séance 8 du séminaire “Dire je”. Journée d’étude finale. Résumés des interventions.

Journée d’étude conclusive.

Le séminaire se clôturera par une journée d’étude finale le mercredi 22 mai, à l’ENS de Lyon, en salle D2 034, de 09h à 17h.

Interventions :

Dire je : penser le commentaire

Amalia Desbrest (ENS de Lyon) : Quand le commentaire laisse la place au je… Étude des marginalia de la première traduction complète et glosée en castillan des Héroïdes d’Ovide».

Les Héroïdes d’Ovide, recueil de 21 lettres fictives que les héroïnes de la mythologie classique adressent à leurs amants qui les ont abandonnées à leur triste sort, sont un parfait exemple de l’expression du  je. Le je féminin est omniprésent dans l’expression de la plainte, du manque, du souvenir ou de la douleur. S’il semble évident que dans les lettres les personnages fictifs disent je, dans le cas de la première traduction complète et glosée en castillan des Héroïdes d’Ovide, contenue dans le manuscrit 5-5-16 de la Bibliothèque colombine de Séville (S), on peut se demander si le je est dit dans les gloses ou les éléments de commentaire. Dans cette communication, nous nous intéresserons aux modalités d’expression du je dans les commentaires qui accompagnent cette traduction castillane du texte ovidien et verrons dans quelle mesure cet espace de commentaire peut devenir le lieu d’expression d’une voix.

 

Dire je : penser les enjeux de l’identité narrative

Alexandre Gascoin (ENS de Lyon) : « Je suis ce que je raconte ? » : identité narrative et identité qualitative.

On doit à Ricoeur les formulations les plus célèbres du concept d’identité narrative, dans Temps et récit et surtout Soi-même comme un autre, lesquelles jouent un rôle fondamental dans la distinction qu’il dessine entre l’identité-idem et l’identité-ipse. Une narration comme « point de liaison » entre deux pôles, résolution de leurs apories respectives, mais s’agit-il encore d’identité ? En suivant les analyses faites par Claude Romano dans Être soi-même, une autre histoire de la philosophie, et L’identité humaine en dialogue, nous essaierons de montrer en quoi la présentation ricoeurienne de l’identité narrative manque une dimension cruciale du concept même d’identité : son aspect qualitatif, c’est-à-dire communautaire. Pour ressaisir cette dimension, nous irons voir du côté des auteurs communautariens, en premier lieu A. MacIntyre et C. Taylor, lesquels ont vu dans la narration un paradigme mettant en lumière les liens qui nous unissent.

Vincent Baudart (Université de Lille) : « Jouer le je » ou la mise en image contradictoire des identités.

De l’affirmation de l’auteur chez Sacha Guitry à la démultiplication des identités dans le cinéma dit « post-moderne » de Super-Héros, en passant par l’effet « Rashomon » qui piège le spectateur par l’entremise d’un faux récit subjectif, les usages du je au cinéma sont multiples et divers. De la voix-off à la vue subjectif, différentes techniques permettent de rendre sensible l’identification du public à un personnage. Toutefois, dire je n’est pas un geste ontologiquement cinématographique, et son recours témoigne plus souvent d’une interrogation quand à l’essence même de l’identité, que d’une affirmation de la subjectivité.

 

 

Dire je : penser les enjeux de l’adresse

Julie Bevant (Université de Genève) : « Dame, je vous demande…»: plaisir de la formule et je de rôle dans les demandes d’amour tardo-médiévales.

Les demandes d’amour sont un corpus de 363 questions-réponses à thème amoureux entre chevaliers et dames, et transmises sous forme de liste par une trentaine de témoins datant de la fin du XIVe au début du XVIe s. Elles constituent une source encore assez peu étudiée et une forme textuelle tout à fait particulière pour la période médiévale, celle de l’échange très bref majoritairement en prose. Ce corpus prend la forme à la fois d’un motif littéraire et d’une performance réelle supposée, en lien avec un certain art de la conversation et avec des jeux pratiqués dans un cadre courtois. Il se trouve au carrefour de différents domaines littéraires et intellectuels tels que le débat, le jeu, la sociabilité ou l’apprentissage de l’éthique courtoise, de sorte qu’il est difficile de le définir exactement. Les quelques questions-réponses insérées dans des textes narratifs sont attribuées à des personnages nommés qui interviennent dans le récit, mais celles qui sont conservées telles quelles dans des manuscrits ou des imprimés mettent la plupart du temps en scène un échange entre une « dame » et un « sire » anonymes. Cet échange est très souvent caractérisé par la formule « je vous demande », qui vient ritualiser le dialogue.

Cette contribution souhaite explorer les modalités de l’interlocution traduites par ce je et ce vous indissociables et inhérents à la forme de la demande d’amour. Par leur caractère anonyme, ces pronoms permettent une universalisation de l’énonciation : n’importe qui peut théoriquement se réapproprier les recueils de questions-réponses et les performer à nouveau, contrairement à d’autres genres médiévaux comme le jeu-parti, qui attribue le discours à des individus précis. Cela peut être envisagé sous le prisme du jeu de rôle, puisque les demandes constituent une réception de la tradition courtoise : les locuteurs jouent à être des amants et des dames parfaites, réactualisant la fin’amor à une époque où celle-ci est souvent remise en question. Il sera aussi question des dynamiques de genre entre les interlocuteurs, puisqu’il s’agit d’un échange entre homme et femme, et de la réciprocité entre la première et la deuxième personne, puisque certaines questions sont posées indifféremment par un je masculin ou féminin suivant les témoins.

Pierre Katzarov (Université Bordeaux Montaigne) : La deuxième personne dans quelques romans de Mohsin Hamid: co-création et renouvellement du je.

Il s’agira de faire une présentation des trois premiers romans de l’écrivain Pakistanais d’expression anglaise Mohsin Hamid. Ces trois romans présentent des dispositifs narratifs originaux qui reposent sur la première personne, surtout, mais aussi sur la deuxième personne (you). Nous présenterons comment ces romans offrent une certaine restriction de la figure du lecteur comme point de départ d’un échange à travers la lecture. L’acte de lecture y relève aussi bien d’un échange avec l’autre (l’ailleurs, l’altérité), que d’une opération qui consiste à objectiver l’acte de jugement qui soutient l’échange. J’essaierai de formuler des questions, plus que d’apporter des réponses, que ces romans permettent de poser à l’endroit du mécanisme d’identification mais aussi à l’endroit de ce qu’est le réel.

 

Dire je : repenser le sujet

Alexandre Iagodkine (Université Bordeaux Montaigne) : Parler pour un sujet sans parole : le défi de la zoopoétique.

Dans cette contribution, nous souhaiterions justifier la pertinence d’une approche zoopoétique en études animales . Plus précisément, il s’agira de montrer l’intérêt de la zoopoétique, approche littéraire, pour la pensée philosophique au sens large, ou théorique, de la subjectivité animale. Appliquer une approche littéraire à la subjectivité animale est loin d’aller de soi. En effet, les animaux d’abord ne parlent pas, même s’ils communiquent. Mais surtout, il paraît douteux que la conscience subjective, avec ce qu’elle suppose de réflexion sur soi, sur ses émotions et ses affects, puisse prendre chez des êtres dépourvus de parole les voies familières à l’être humain, pour lequel la parole – intérieure comme extérieure – se révèle cruciale. De ce point de vue, que peut la littérature ? N’est-elle pas nécessairement condamnée à un double écueil, à savoir verser dans l’anthropomorphisme ou ne produire que des fables où l’animal n’est qu’un support imagé ?

Pourtant, la zoopoétique s’attache à penser l’animal comme un sujet, et plus particulièrement comme un sujet capable d’expression ; phénomène qui déborde le medium du langage. Nous montrerons la fécondité de cette approche à travers trois axes. Premièrement la contestation du monopole humain du langage au profit du phénomène général de l’expression dont la littérature s’empare. Deuxièmement, nous examinerons deux tentatives de construire le point de vue animal, que sont Anima de Wajdi Mouawad et Autobiographie d’un poulpe de Vinciane Despret. Enfin, nous verrons comme la rencontre avec l’animalité questionne la puissance humaine de “dire je” et lui impose une mise en récit qui lui redonnerait une nouvelle cohérence, à l’exemple de ce qu’entreprend Nastassja Martin dans Croire aux fauves.

Benjamin Busquet (Nice-Université Côte-d’Azur) : Qui dit je en phénoménologie ?

On a souvent réduit la phénoménologie à n’être qu’un avatar contemporain des philosophies du sujet. Tantôt égocentrique, tantôt excentrique, le sujet phénoménologique a souvent été condamné en raison d’une centralité qui le détournerait alternativement du monde et d’autrui. Pourtant, la phénoménologie n’a jamais fait qu’insister sur une expérience paradoxale caractérisant notre vie : si nous sommes en mesure de reconnaître que toute expérience n’est jamais que la nôtre, cette expérience nous l’éprouvons également comme celle de tout le monde. Par-delà l’opposition du singulier et de l’universel, la première personne en phénoménologie semble travaillée par un coefficient de généralité. Ainsi, tout comme parler en première personne ne revient pas à faire première sa personne, témoigner de soi en phénoménologie ne revient pas à parler de moi. Il s’agira d’introduire à ce paradoxe en traversant les philosophies de Husserl, de Merleau-Ponty et de Henry.

 

Séance 8 :

Me 22 mai 2024
ENS de Lyon
Salle D2 034
9h – 17h


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vianney Dubuc (6 mai 2024). Séance 8 du séminaire “Dire je”. Journée d’étude finale. Résumés des interventions. Séminaire « Dire Je » : expression de la première personne. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://direje.hypotheses.org/533


Vianney Dubuc

Vianney Dubuc est doctorant en littérature et langue française. Il effectue une thèse à l’École Normale Supérieure de Lyon sous la direction d'Eric Bordas. Il est rattaché au laboratoire IHRIM (UMR 5317). La thèse qu'il rédige s'intitule "Poétique de l'oblitération. Pour une stylistique de l'énonciation lyrique (1870-1885)".

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search